L’article du mois de JUIN

« Pour guérir de l’abandon, il faut s’y confronter » 

Lors de mes séances individuelles, le sentiment et la blessure d’abandon est très fréquent, et beaucoup d’entre vous, cherchent une solution pour s’en sortir. 

Le psychanalyste et écrivain Saverio Tomasella explore les abandons réels ou craints et explique comment guérir de ces blessures d’enfant dans son nouvel ouvrage : « Le sentiment d’abandon, se libérer du passé pour exister par soi-même » (ed. Eyrolles). 

Pourquoi vivons nous avec un sentiment d’abandon ? 

Ce sentiment peut naitre aux premiers jours de votre vie si on vous a laissé pleuré, si on ne vous a pas pris assez dans les bras… la réponse des adultes à un moment donné n’a pas été celle que vous attendiez. Idem à l’adolescence et plus tard en cas de moqueries, de trahison, d’infidélité : soudain la fiabilité de l’autre n’existe plus. 

Quelles sont les conséquences à l’âge adulte ?

Ceux qui ont été abandonnés s’abandonnent à la colère, à la dépression ou, au contraire, à l’hyperactivité. On retrouve souvent une recherche de fusion, quitte à provoquer l’effet inverse – l’être aimé, épuisé, finit par s’en aller, mais aussi une attitude de fuite, de rupture : la personne va d’échec en échec, persuadée qu’elle ne mérite pas mieux. 

Comment en guérir ? 

Lorsque c’est trop douloureux, il faut exprimer ses manques, dire sa tristesse, s’avouer une situation souvent minimisée et retrouver la mémoire concrète de cet abandon. Se confronter en thérapie à ce qu’on a vécu est nécessaire pour éviter de répéter cette histoire. En changeant de rôle, on change le film de sa vie !!!!!